J’ai rencontré Bénédict lors du dernier G500 du Groupement des chefs d’entreprise du Québec.

Une femme pétillante, confiante et surtout inspirante. C’est la première a levé la main pour participer à mon projet en tant que blogueuse!

Aujourd’hui, j’ai la chance de vous partager son premier article pour Entrepreneur-e, et certainement pas le dernier!

 

Article rédigé par Bénédict Lagrange-Deschamps

VP Ventes & Relations et copropriétaire de Chevrons Rouyn-Noranda inc.

Chevrons Rouyn-Noranda est une entreprise spécialisée dans la conception et la fabrication de fermes de toit et de poutrelles de plancher.

Être entrepreneure, c’est beau. Être maman c’est mieux! Être les deux, c’est complexe, mais tellement génial!

Joseph et Romain sont ma plus grande fierté. Ils sont âgés respectivement de 6 ans et demi et 3 ans. Si on m’avait dit un jour que je serais maman de deux bambins et que je les aimerais autant, je n’y aurais jamais cru!

Mon aventure chez Chevrons Rouyn-Noranda a débuté en 2010. Si on m’avait dit qu’un jour, je reprendrais l’entreprise familiale et que je me découvrirais une passion incontestable pour le management, j’aurais pouffé de rire.

Finalement, aujourd’hui, je prends du recul et je constate que la vie a formé un chemin en zig zag  avec des montagnes très abruptes et des vallées extrêmement creuses où se mélangent la vie de famille et la vie professionnelle.  Cette vie, je l’adore et j’éprouve beaucoup de gratitude.

Toutefois, cela apporte son lot de défis, de doutes et d’incertitudes.

Une maman veut toujours ce qu’il y a de mieux pour son enfant. Elle ne souhaite que le plus beau pour ses mousses. Dans cette société, ce monde de fou où tout va vite, le concept de ‘’temps de qualité’’ revient souvent. Les activités familiales comptent à mes yeux. Les moments de discussions aussi. En gros, être parent demande beaucoup de notre temps. Nos enfants ne requièrent pas que notre présence physique. Ils  requièrent également notre présence mentale, dans l’immédiat, l’instant présent.

Une entrepreneure  veut toujours ce qu’il y a de mieux pour son entreprise. Elle ne souhaite que le plus beau pour celle-ci. Une croissance, un environnement sain. Dans cette société, ce monde de fou où tout va vite, le concept de ‘’croissance personnelle’’, de ‘’raison d’être’’, est de plus en plus présent dans le monde du travail. Les activités sociales comptent à mes yeux. Les moments d’échanges et de discussions sont pour moi des joyaux. En gros, être entrepreneure demande beaucoup de notre temps. Nos collaborateurs ne requièrent pas que notre présence physique. Ils  requièrent également notre présence mentale, dans l’immédiat, l’instant présent.

Comment je vie ça dans la vraie de vraie vie? Ça, c’est mon combat de tous les jours !

Si mes petits sont malades, j’ai envie d’être auprès d’eux. Mon plus vieux a une activité scolaire qui compte pour lui? J’ai envie d’y participer. Celui-ci à un match de hockey, une pratique de baseball, je veux terminer plus tôt pour l’accompagner. La garderie du plus petit est fermée, je dois m’organiser vite fait, mais intérieurement, je voudrais tellement rester à la maison en pyjama avec lui toute à journée à écouter des films et jouer au tracteur. Mes enfants ne sont pas toute ma vie, mais une très grande partie de celle-ci. Ils m’apportent tellement de joie, d’amour, de fierté. Ils m’aident à revenir à l’essentiel et à m’amuser d’un rien tout en me permettant de m’épanouir de façon exponentielle.

Lorsque les contrats arrivent de partout, je dois faire plus d’heures pour réorganiser le tout. Lorsqu’un imprévu survient, je dois user de mon système D et tout donner en termes de créativité. Lorsqu’un événement, une formation ou un congrès à lieu, je veux y participer afin de m’en inspirer et d’ajuster mes méthodes de travail. Lorsqu’un collaborateur vit une situation difficile, je veux qu’il sente que je suis là pour lui et que je serai en mesure de l’aider et le soutenir, peu importe ce qui arrivera. Mon travail, ce n’est pas toute ma vie, mais une très grande partie de celle-ci. Il m’apporte tellement de joie, d’amour, de fierté. Il m’aide à me surpasser tout en me permettant de m’épanouir de façon exponentielle.

Comment je jongle et combine ça dans la vie de tous les jours?

Je me le demande encore. C’est un large et complexe mélange de réussite, de culpabilité, de questionnements.

Suis-je une bonne entrepreneure si je ne mets pas autant d’heures que mon père et mon frère?

Suis-je une bonne maman si ma tête n’écoute pas ce que mon fils me dit, mais que mon cœur le veut vraiment?

Suis-je une bonne épouse lorsque mon travail et mes implications font que mon mari passe des soirées seul avec les deux petits pendant que je suis en réunion?

Suis-je un bon leader lorsqu’un collaborateur me parle de ses tracas et que  ma tête et mon cœur ne l’écoutent pas, car ils pensent  à mon garçon qui s’est blessé?

Suis-je égoïste de mettre autant de temps dans mon travail?

Est-ce que mes enfants vont m’en vouloir plus tard d’avoir manqué des soirées avec eux?

Est-ce que mon époux pense parfois qu’il serait mieux avec une personne qui est plus souvent à la maison?

Des questions comme ça, il y en a encore des centaines !

Être en affaires, c’est déjà un défi. Être en affaires dans un milieu d’homme lorsque tu es une femme, c’est assez compliqué. Être en affaires lorsque tu as des enfants, c’est vraiment exigeant.

Je ne suis peut-être pas la meilleure maman du monde, mais j’aime mes enfants plus que tout.

Je ne suis peut-être pas la meilleure entrepreneure du monde, mais j’aime mon entreprise et mon métier plus que tout.

La méditation est la bouée qui me permet de garder la tête hors de l’eau lorsque les vagues deviennent trop intenses. Le réseau que j’ai développé au Groupement des chefs d’entreprise du Québec est mon phare qui m’aide à voir clair lorsqu’il fait trop noir. Mais par-dessus tout, ma famille est cette longue plage de sable doux où je peux retrouver le confort, le soutien, la chaleur et la tranquillité dont j’ai besoin, car je sais profondément que peu importe ce qui se trouvera sur mon chemin, il seront toujours avec moi, bien solides et bien ancrés pour m’accompagner dans le prochain voyage que j’entreprendrai.