10h38 à Genève, 4h38 à Montréal

Dans moins de deux heures, je serai dans l’avion pour retourner à la maison.

Depuis près de deux semaines, je suis en Europe pour le travail. Si on m’avait dit il y a 6 ans lorsque j’ai quitté la médecine dentaire pour les HEC Montréal, je n’y aurais pas cru. Est-ce une question de chance, d’opportunité, de travail, de résilience? Personnellement, je pense que c’est un mélange de tout cela.

Depuis six ans, je prend le risque de dire oui à tout ce qui se présente sur mon chemin et qui peut me permettre de sortir de ma zone de confort. Un pas en avant. Toujours un pas de plus qu’hier. Je me met dans cette position inconfortable constamment. Cette position où les résultats ne sont jamais garantis, où je me sens souvent très seule, sans aucun repère.

Le lundi 19 novembre 2018, j’ai pris ma (TROP) grosse valise, direction Liège en Belgique pour participer à titre de conférencière au Forum de la Belgique du Groupement des chefs. Je ne suis pas une très grande voyageuse. Je sillonne les routes du Québec constamment, mais l’outre-mer est complètement déstabilisant pour moi.

La Belgique a été super accueillante. Entrepreneurs chaleureux, drôles, et passionnés! Je me suis sentie à la maison. J’ai appris qu’un 5 à 7 n’a pas du tout la même connotation au Québec, qu’en Europe… Même si la langue est la même, la culture est bien différente et c’est avec curiosité que j’en ai découvert les différences.

Le vendredi 23 novembre à minuit, j’ai célébré mon 27e anniversaire bien entourée d’entrepreneurs inspirants, et ensuite direction Paris rejoindre des amies pour continuer ce weekend de célébration!

Le lundi 26 novembre, j’ai pris le train direction Genève, rencontrer trois clubs du Groupement des chefs.

Le mal du pays m’a pris. Seule dans mon Airbnb, ma routine matinale me manquait… Ceux qui me connaissent savent qu’il n’y a pas un matin sans Salut Bonjour dans ma vie. J’ai découvert que voyager par loisir et par affaires, c’est bien différent! Je me sentais loin de ma famille, mais surtout de mon équipe de feu. Une chance que Workplace existe pour garder le contact quotidien et leur partager mes nombreux mauvais coups.

Le mal du pays a fini par passer au moment où j’ai compris que je devais me faire ma routine hors Québec. Yoga chaque matin, petit déjeuner léger, lecture de la biographie d’Alain Bouchard avant de partir au travail, et film de Noël sur Netflix avant de dormir! J’ai appris à apprivoiser la Suisse grâce au Groupement des chefs, et ses membres tous aussi uniques les uns que les autres.

L’Europe m’a complètement déstabilisé. D’abord, par les différences culturelles malgré une langue commune, soit le français. Ensuite, par le constat que malgré mon super accent québécois, entre entrepreneur, on se comprend! Nous sommes tous des humains, soucieux de bâtir des entreprises pérennes.

Deux semaines d’apprentissages que j’ajoute dans mon sac à dos, et que je ressortirai au besoin. Les voyages forment la jeunesse, disent-ils! Spécifions. Sortir de sa zone de confort, c’est réellement cela qui forme la jeunes, et les moins jeunes ;)!

Oses faire aujourd’hui ce qui te faisait peur hier. Oses dire oui à ces opportunités qui te rendront parfois fière, et parfois seront la source d’échecs te permettant de grands apprentissages. Bref, on ne fait pas d’omelette sans casser d’oeufs. Aies le courage de sortir de ta zone de confort. Ta chance, c’est à toi de la créer.